C’est quoi la luge d’été ?

La luge était déjà utilisée avant les années 800, par les Vikings et dans les régions montagneuses et enneigées. A la différence du traîneau, la luge ne bénéficie pas de moyen de traction. Elle se sert de la gravité pour se mouvoir en glissant sur une piste en pente descendante. Aujourd’hui, elle est beaucoup plus élaborée, étant construite dans des matériaux plus souples et légers. Il existe d’autres variantes, comme le bobsleigh et le skeleton, mais la luge classique reste très appréciée. Souvent, lorsqu’on parle de luge, la première image qui nous vient en tête est celle d’un petit véhicule indépendant avec des patins relevés à l’avant, sur lequel on s’assied pour glisser sur de la neige ou de la glace. Pourtant, depuis plusieurs années, la luge se pratique également sans neige, en été.

Pourquoi faire de la luge d’été ?

Naturellement, l’un des avantages de la luge d’été réside dans le fait que les lugeurs puissent s’y adonner en été. Elle élimine donc les contraintes liées aux saisons et aussi au climat dans les régions sans neige. Par ailleurs, la luge d’été regroupe tous les avantages de la luge classique, puisqu’il s’agit de la même activité qu’on a transposée et adaptée à la saison d’été. Le principe reste le même : s’élancer du sommet de la piste, s’incliner à gauche pour tourner à gauche, de même pour la droite et tirer la manette pour freiner. De quoi faire travailler les bras, les épaules et la taille tout en s’amusant. Au-delà de son caractère sportif, la luge est aussi une activité, à savourer seul ou en famille dans un beau paysage montagnard. L’image d’une luge évoque toujours autant l’euphorie dans l’inconscient collectif – notamment celle des fêtes de fin d’année. La luge d’été rend ce même « bonheur » accessible durant d’autres saisons.

Où pratiquer la luge d’été ?

La luge d’été peut se pratiquer sur n’importe quel terrain en pente, recouvert d’herbe ou de béton. Néanmoins, il existe des pistes aménagées dans les parcs de loisirs, situés généralement en montagne. Les stations de ski en disposent également afin d’offrir une activité alternative à leur clientèle et de rester ouvertes hors période hivernale. Dans ces établissements spécialisés, l‘ascension (ou la ré-ascension) au sommet de la côte est souvent assurée par un télésiège ou autre dispositif de traction par câble ou de remontée mécanique. La luge (mono ou biplace) est montée sur des roues adaptées à des pistes spéciales, semblables à des canaux sinueux en « U », en métal ou en béton. Conformément aux normes ISO 19202-1:2107, ces pistes sont conçues de manière à offrir des sensations fortes aux lugeurs, dans des conditions de sécurité optimale. Elles sont surélevées au niveau de leurs bords extérieurs dans les courbes et les virages, afin d’éviter aux lugeurs d’être projetés par la force centrifuge.

S’amuser sans se blesser

Comme dans tous les sports de glisse, l’activité est exposée à certains risques. Comme les risques de blessure (ou même de décès) suite à une chute, à un heurt d’arbre ou de véhicule etc. Ces risques sont fortement limités dans les établissements dédiés à la luge d’été. Des équipements de protection (casques, coudières, genouillères…) sont prêtés sur place et l’activité y est cadrée par des règles bien précises : entre autres, les enfants en dessous de 6 ans doivent être accompagnés d’un adulte. Certaines stations basent cette condition sur la taille au lieu de l’âge : les personnes de moins de 1,25 m doivent être accompagnées de personnes mesurant au moins 1,45 m. Les personnes de moins de 80 cm ne sont pas autorisées. Les règles peuvent varier légèrement d’un établissement à un autre. Les luges utilisées sont munies d’un dispositif permettant de contrôler la vitesse (en l‘occurrence, il s’agit d’un frein) : une fois élancé, vous pouvez ralentir en tirant le levier vers vous, ou accélérer en relâchant ce dernier. Au long des pistes, vous trouverez des panneaux de signalisation qui vous indiqueront les zones qui demandent davantage de vigilance.

Accrobranche : l’activité incontournable
Montagne l’été : et si vous testiez le canyoning ou le rafting ?